Concernant l’arboretum, c’est N-O-N !!

Monsieur MARQUETTE, concernant l’arboretum, c’est N-O-N !!
NON à ce nouveau martelage, réalisé la semaine dernière en catimini.
NON, vous avez déjà réalisé les travaux de mise en sécurité.
NON, vous ne ferez pas de profit dans une zone pédagogique et paysagère.
NON, parce que le projet confié à la CCPM n’est qu’au stade de l’esquisse paysagère
NON, parce que financièrement, rien n’est bouclé.
NON, l’amateurisme et la spoliation, en forêt de Mormal, c’est FINI

N O N !!!

Cher membre, cher lecteur,
Sachez qu’un nouveau martelage a eu lieu dans la parcelle de l’Arboretum. Plusieurs centaines d’arbres et perches ont été marqués, prêts à être abattus.
L’arboretum a été fermé durant deux mois en 2017 pour mise en sécurité du site. Une centaine d’arbres ont été abattus, à juste titre, pour des raisons de sécurité. À l’origine, en 2016, l’Office National des Forêts en avait martelé 1 106. Pour les mêmes raisons.
Nous, association Mormal Forêt Agir, sommes intervenus. En fin de compte, seul le dixième fut abattu. Rien à redire, ceux qui furent tronçonnés l’année dernière étaient à l’agonie. Entre temps, la communauté de Communes avait « signé » une reprise de la gestion de la parcelle. Des investissements importants, plus de 100 000 € sont en négociation rien que pour l’arboretum.
C’est du moins ce que Monsieur Cambier, le président de la communauté de Commune avait expliqué au public ce 03 décembre 2017 à Locquignol. À côté de lui, on retrouve le directeur de l’agence de l’ONF, M. Eric Marquette.
Fut présentée une esquisse paysagère du projet de l’arboretum. Concernant la réalisation, Monsieur Cambier déclara, dans une interview à la Voix Du Nord :
« Si les engagements des uns et des autres sont respectés, si les subventions sont accordées, le programme pourrait démarrer fin 2018, mais disons plutôt en 2019. » G. CAMBIER
Le titre de son interview ?

Tous ensemble, sinon rien

Et donc ?
Nous sommes deux moins plus tard, et bras dessus, bras dessous, la CCPM et l’ONF sont marteaux en main pour désigner les vaincus !
Je ne trouve aucun prisme intellectuel qui me permette de comprendre la logique de ces institutions.
Il n’existe aucun plan fini, aucun cahier des charges, aucun budget pérenne.
Rien n’est objectivement prêt !
Mais qu’à cela ne tienne, on martèle et on abat !!

Si avec cela, vous n’êtes pas encore dégoûté, il reste l’aspect financier.

L’office National des Forêts veut faire abattre des arbres, par centaine. Certains sont centenaires. Elle va tirer un profit financier d’une parcelle dont elle a la gestion. Une parcelle d’intérêt pédagogique et paysager.
Elle, l’ONF, ne prévoit pas de réinvestir ce montant dans l’arboretum. C’est la CCPM qui va prendre en charge l’investissement. Dès lors, ce sont les habitants des 53 communes qui vont s’acquitter d’une dépense qui revient DE DROIT à l’ONF dans le cadre de son plan d’aménagement de la forêt de Mormal.
Les sommes en jeux ne sont pas négligeables. L’ONF va conserver dans sa poche quelques dizaines de milliers d’Euros pendant que la CCPM s’endettera. Le président de la CCPM est parfaitement au courant. Mais, sauf changement de dernière minute, rien n’est négocié.
Les habitants payeront, c’est plus simple !
Le directeur de l’agence de l’ONF dit de nous, dans un article paru ce vendredi, que « nous sommes contre tout ».
En mon nom, et au nom des membres de Mormal Forêt Agir, c’est-à-dire des membres usagers de la forêt, riverains, cyclistes, bûcherons et chasseurs, je puis vous confirmer, Monsieur Marquette, que nous sommes opposés à toute forme de spoliation de notre bien commun. J’aurais même pu ajouter que nous sommes opposés à votre amateurisme.
Un huissier de justice a réalisé un constat des martelages/démartelage et remartelage de l’ONF.
J’invite Messieurs Cambier et Marquette à relire le premier paragraphe de cet article. Pas de projet, pas de financement : PAS DE COUPE !!!
N’hésitez pas, également, à prendre connaissance et à répondre, comme la loi vous y oblige, aux courriers recommandés reçus par vos services ce jour.
À jouer à ces petits jeux, à passer votre temps à manipuler les opinons, entre la fermeture de la route de Hecq pour l’un, de la route de Preux pour l’autre, et ensemble à déboiser l’arboretum, nous finirons par refaire une lecture du droit pénal ensemble.
TOMSEN BENOIT
Président

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *